Enfant j’étais terrorisé par l’image du gorille. Lors de nos visites au zoo d’Anvers, la tension montait en moi à mesure que nous nous rapprochions du pavillon des grands singes. Et lorsque à travers la vitre, le regard du mâle croisait le mien, la panique m’envahissait. Je me jetais par terre hurlant et pleurant en un spectacle hystérique, ruinant pour ma famille la perspective d’une belle journée.

Avec le recul, je crois que la culture familiale dans laquelle je baignais était teintée par la blessure de trahison. Les fêtes de familles tournaient souvent au vinaigre. Les adultes (« les gorilles? ») éructaient leur colère en une énergie violente et dévastatrice (à travers ma vision d’enfant… plutôt schizoïde – cfr articles du blog), les portes claquaient. Aucun moyen de les calmer, ils voulaient avoir à tout prix le dernier mot, et claquer les portes ou frapper sur la table leur permettait certainement de pas en venir aux mains.

LA BLESSURE

L’enfant qui résonne avec cette blessure a ressenti au plus profond de lui l’injustice, le mensonge, la manipulation. Il a été l’objet non consentant d’une stratégie de la part d’un des parents qui l’a utilisé à des fins personnelles, faisant passer son propre désir avant toute chose:
« – Ta maman est tellement triste de tes résultats à l’école, tu n’es que le deuxième, elle avait tellement envie que tu sois le premier, tu veux vraiment la rendre malheureuse?… – Tu as voulu une petite soeur? Et bien à toi de t’en occuper maintenant!… – Ta grand-mère ne t’aime pas parce que tu ressembles à notre côté de la famille et pas au sien…« .

Quels sont les messages de votre enfance qui vous donnent encore actuellement ce sentiment d’avoir été le jeu d’une manipulation? Lorsque vous les laissez venir à vous, vous ressentez peut-être des tensions particulières dans le corps… Qu’en est-il de votre respiration? Pourquoi ne pas  poser votre dos contre le dossier de votre chaise afin de le sentir soutenu? Respirer « dans la main », placée sur le coeur aide à adoucir les mémoires de la blessure de trahison. J’observe souvent que dans cette blessure, le dos, les épaules, le haut du corps sont particulièrement mis à l’épreuve.

LES CONCLUSIONS DE L’ENFANT

Désormais conclut l’enfant qui se sent trahi « Je ne peux plus faire confiance à personne! Jamais! Je serai le plus fort! Plutôt mourir que de me laisser faire! J’utiliserai tous les moyens et l’Autre pour arriver à mon but! ».

L’énergie se mobilise dans le haut et l’arrière du corps qui est surexploité (pour mieux « cogner » en cas de menace). L’adulte se transforme en une tour de contrôle et utilise toutes les stratégies et l’énergie « guerrière » possible pour éviter de perdre la face. L’agression, le combat par peur de la douleur associée à la blessure de trahison servent la croyance en un monde où personne n’est digne de confiance. La volonté l’emporte souvent sur la raison et les émotions. C’est l’image du « winner ou du fighter » qui est très valorisée dans notre société. Il (elle) est passé(e) maître dans l’art du pouvoir et de la séduction, ne supportant pas la faiblesse, réactif à toute forme de manipulation.

LE COURAGE, LA CONFIANCE

À la fin de toutes ces batailles, après toutes ces conquêtes amoureuses, face à ce monde d’ennemis (les anciens amis), de traîtres et de poules mouillées, que reste-t-il sinon un grand sentiment de solitude et d’isolement…? Et si au fond je m’étais trahi moi-même en évitant de faire confiance à ces personnes? Et si au fond cette volonté de tous les maîtriser était animée par une grande peur? Et si j’acceptais les mains qui me sont tendues? Et si je faisais confiance à l’Autre, à la Vie et à Moi-même?

Je pourrais alors peut-être demander à cet enfant qui fut manipulé, trahi au plus profond de moi de se laisser aller, de se reposer dans mes bras d’adulte confiant… Je sais que mon courage et mon grand coeur ont toujours été au service des faibles, ils peuvent compter sur moi, ils le savent je serai toujours à leur côté. Le vrai courage serait peut-être d’oser compter sur l’Autre, c’est parfois un risque qui me semble énorme… mais à bien y réfléchir j’ai connu des combats bien pire, non?

Dans la thérapie énergétique, le corps nous aide à approcher ces parties douloureuses que la Blessure nous offre de mettre en lumière. Pour la blessure de trahison, la douleur et le sentiment d’incapacité à se montrer vulnérable est un parcours délicat que je respecte avec beaucoup d’attention. Bienvenue si l’aventure vous tente!

(*) Ce terme a malheureusement été utilisé par les auteurs qui se sont ouverts à l’aspect psycho-énergétique des blessures (Reich, Lowen et suivants) , il ne renvoie pas dans cet article à la maladie mentale du même nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *