La blessure est un thème qui me suit depuis près d’un an je crois, elle vibre en moi et dans mon entourage. Peut-être avez-vous été sensibles à ces  situations de crises que beaucoup d’entre nous avons ou avons eu à traverser et qui semblent parfois prendre des tournures extrêmes, dans notre relation à nous-même et dans notre relation à l’autre. Cela semble être un passage obligé, qui se rappelle à nous tant qu’il n’aura pas été entendu… alors autant poser le regard sur cette blessure avec beaucoup de tendresse et d’amour car elle nous parle de ce qui nous a terrorisé à un âge où nous n’avions pas les moyens d’y faire face. A cet âge nous avons au moins intégré que notre intégrité, notre survie, notre sécurité fut menacée. 

LE DENI

Avec le temps et vivant en famille et en société nous avons appris à faire comme si la plaie était cicatrisée, nous l’avons niée, nous avons cherché à l’oublier en y dépensant beaucoup d’énergie. Nous avons appris au sein de notre entourage à nous défendre de cette blessure encore vive et fraîche, « retourner le couteau dans la plaie » nous faisait tellement peur. Nous avons gardé le couteau et oublié la plaie, enfouie sous des couches sédimentaires accumulées par des années de déni. Et nous nous sommes très souvent reblessés, et nous avons blessé les autres.

LA DEFENSE

Nous sommes très créatifs pour nous défendre: nous fuyons (les autres, nous-mêmes), nous rejetons, nous agressons, nous cherchons à contrôler les autres, nous les accaparons (par nos plaintes, nos exigences, parfois nos désirs de les aider à tout prix même s’ils ne sont pas demandeurs), nous manipulons… coincés dans le triangle infernal de la Victime, du Sauveur et du Bourreau, des rôles que nous jouons avec beaucoup de plaisir.

Nous avons rejeté notre Blessure dans l’ombre par peur de la revivre…

RETOUR A SOI

Notre corps, notre être, notre âme ont gardé tout cela en mémoire eux.  Et les crises, la souffrance (physique, émotionnelle, psychologique, spirituelle), les situations extrêmes sont des vibrations émanant de notre blessure d’enfance pour nous ramener à qui nous sommes. Les douleurs semblent persister dans les mêmes régions du corps, les situations conflictuelles se répètent souvent avec les mêmes scénarios, nous revivons nos drames comme une fatalité, sans avoir de prise sur ceux-ci.

L’exploration de notre blessure aide l’adulte que nous sommes devenus à changer les conclusions erronées que notre « petit enfant blessé » a élaborées lorsqu’il dut y faire face pour la première fois. Nous avons désormais la capacité de tendre la main à cet enfant perdu, apeuré, trahi, emprisonné…

En thérapie énergétique nous abordons la blessure dans sa globalité (on parle de soins holistiques). Quand « ça fait mal », ça touche le corps, le coeur et l’esprit, ce sont tous ces aspects que nous explorons ensemble.

Je consacrerai quelques articles sur les différents types de blessure d’enfance, je lui dois bien cela à ma blessure